Aujourd'hui

D'In Gall à Tegidda n'Tessoumt, un climat qui détermine les sociétés et l'usage de l'environnement.


Les quartiers d'In GallLa ville de Ingall se décompose en unités géograhiques construites au fil de l'histoire. Les jardins se développent le long de l'oued, à proximité la ville ancienne sur une butte, qui évité soigneusement les débordements de l'oued,capable d'envahir les jardins pour y déposer des limons fertilisateurs. La ville est tout en rondeur avec une forte densité d'habitation, on dirait qu'elle se resserre sur elle même pour mieux se protéger.

Le chef de village Ousmane Houmoud (au centre) et deux chefs de quartier (Nabi Akéfil et Aïcha Islo) en 2009.Chef de village

Les chefs de village qui se sont succédés à In Gall cités par Ousmane Houmoud : Hamma, Issoussou, Elhadj El moctar, Tayyoub, Chibba Saguid, Saguid Chibba, Halilou Bougounou, Houmoud Albadey, Ousmane Houmoud.

Les Imams (chefs réligieux) qui se sont succédés à In Gall : Mallam, Akou, Dilla, Nassa Hadji, Silimane Abdoulkarim, Ahmed Dilla.

L’histoire orale d’Ingall est diversement relatée selon les personnes qui la présente et leurs origines. Entre des récits rapportant que les Isawaghen sont les descendants d’Askia Mohamed, que la fondation d'In Gall échoie à des Isheriffen ou les relatons étroites avec Takedda et Tegidda n'Tessoumt, les données archéologiques viennent compléter ces traditions orales pour aboutir à une structuration des Kel In Gall qui ressemble fort à celle des confédérations Touareg malgré leur sédentarité, c'est à dire un agencement de divers groupes humains au grès des vissicitudes de l'histoire. On peut alors parler de Kel In Gall.

en Tassawaq, littéralement la "bouche de la maison".

Dans la littérature notamment de Suzanne Bernus on remarque l'étroitesse des portes, exigüe pour limiter les razzias, et faites de lattes de bois. Aujourd'hui essentiellement en tôle ou fût de 200 litres, le fer a pris la place du bois. Elles deviennent un marqueur de l'aisance économique des familles, les plus aisées ornant leurs portes de décoration et l'ancrant dans une armature en ciment. Le plus souvent elles sont automatiques, c'est à dire qu'elles se refement toutes seules gràce à un morceau de chambre à air faisant élastiques, ou tout simplement parce qu'elles sont inclinées. On retouve les même dispositifs pour entrer dans les jardins.

La ville ancienne de Ingall est composé de ruelles étroites ou un véhicule ne peut pas passer. Les concessions sont ainsi étroitement serrées comme si le village voulait se protéger. Elles forment un véritable labyrinthe pour celui qui ne fait que passer. Avant la colonisation, et même durant, les razzias des nomades dans les villages de sédentaires étaient récurrentes. Le village ainsi s'organise dans une unité solidaire, pour limiter les intrusions.

On les trouve à tous les coins de rue, lieu de repos et du thé, ils sont incontournables et délaissés seulement durant les pluies ... Les piquets sont le plus souvent des Tirza, et les nattes ("zana" en Houssa) qui recouvrent le hangar sont tressées avec l'Afazo, deux plantes de la brousse.

Que serait une boutique sans son hangar ? C'est le lieu d'étalage des produits en tout genre protégés du soleil.

La mosquée est généralement le premier édifice construit pour matérialiser la naissance d'un village, d'une ville. In Gall n'échappe pas à la règle, sa naissance est liée à l'installation d'Isherifen qui lorsqu'ils décidérent de s'intaller là, délémitairent la première mosquée. C'est aujourd'hui la "Vieille mosquée" qui par ailleurs trône sur la plus haute butte de la ville.

La tente des Touareg vivants au nord du Niger, dans la région d’Agadez, reflète leurs valeurs. Elle ne ressemble pas à l’habitation en peau des Touareg plus occidentaux, mais est constituée d’un assemblage de nattes qu’on arrime à des arceaux faits de racines d’acacias. Sa base est un quadrilatère curviligne dont quatre piquets marqueraient les angles, au sud-est, au sud-ouest, au nord-ouest et au nord-est, mais les Touareg en parlent comme d’un cercle. Elle s’ouvre toujours vers l’ouest. Comme les tentes d’un campement sont volontiers alignées du nord au sud, il y a dans un campement une aire occidentale, qui s’étend devant les seuils des tentes, et c’est là qu’on vit, qu’on mange, qu’on boit du thé, qu’on reçoit les visiteurs. Par contre, on se tient rarement à l’est, du côté aveugle des tentes, espace vide le plus souvent réservé à la prière.

Les conjonctions et adjectifs

beaucoup bobo   nouveau tagui   sec kogo   doucement masso
c'est a / ab   pourri / gâté founbou / hassara   mouillé taye   vite tarmat
celui-ci agozi                  
combien mergé   pareil sawa   pointu yismadan   lourd sino
comme senda   différent ab si sawa   tranchant yiwalan   léger ban
comment misfo                  
déjà taba   content kano   bon kan / també   fort sandi
donc kénan   le fond édar   mauvais a ni woussay   faible foussoussane
et inda                  
ici   force gabi   lisse souloufane   vide / rien haka
il n'y a pas assi         rugeux akirsisiw   plein tane
il y a abarra   mieux baga         tout iri ka
jamais si taba         sale zirguinan   rien assi
le tout ingeka   il faut nim   propre ziddigan      
lequel mafo   il ne faut pas nim si         dur / fort horno
loin mar         soif fat   mou tay
mais amma   çà suffit a to   faim héré      
moitié guiéré                  
man   possible ab ti dan   bruit takat   neuf tagui
où çà man kouna   impossible a sib koy dan   silence     vieux zono
pour wané                  
pourquoi misinga   bien woussay            
près guéré   mal a ni woussay            
presque manda                  
quand mandafo                  
qui may                  
quoi missine                  
si inda   oui yo            
toujours fawda   non bébo            

Se situer

nord tamesna   haut béné   grand béré
sud agala   bas sidey   petit kitta
est alkoubla   dessus an béné   étroit siro
ouest attaram   dessous an sidey   large téfé
            court doungoura
à droite aguil / yigda   à coté guiéri   long koukou
à gauche zelguet   proche man   rond bouloulougan
devant manguina   loin mar   dans/dedans ammas
derrière alikam   en (france) kouna   dehors tara

Les verbes

aboyer wakwak   danser gani   lier koubay   s'asseoir goro
accrocher dakkar   demander handa   lire karam   savoir baye
acheter day   descendrre zounbou   manger wa   saluer sousloum
aimer baga   dire har   marcher zida   se coucher sirguiéré
aller koy   donner na   monter kar   se lever tounou
apporter zaw   dormir kani   montrer sabar   se promener sarlé
apprendre zenda   écrire kitab   mordre nem   se reposer sounfou
arriver   écouter sidirgan   mourir bouyo   se tourner mililliy
arroser sissaw   enfanter haye   oublier zinak   sentir (nez) maw
attendre bati   enlever kio   ouvrir affar   sentir/ressentir maw
avoir may   entendre maw   parler si   siffler founous
balayer farat   enterrer/planter fik   partager zaban   sortir hounou
boire nine   entrer hourkat   partir kouy   souffler founous
brûler kourkour   envoyer daw   penser asimidray   sucer sounsoum
cacher touk   épouser higui   percer foune   tenir kemba
casser bak   être courbé doro   pleurer hiyaw   tirer zakat
causer firar/tadawana   être debout key   pousser direy   tisser kakaye
chanter dane   exister houna   pouvoir yrfag   tomber kene
chasser dinkey   faire dane/goye   prendre dak   tousser abtoussout
chat mous   fendre manané   presser yizmame   travailler goy assagal
chercher hourou   finir bane   produire haye   trouver kouma
choisir faram   frapper ker   protéger yiwak   tuer wi
compter keb   frotter nounougout   ramasser koumout   vendre dayinda
construire kakay   garder kout   recevoir couma   venir koy kat
coudre tatab   gonfler founous   réfléchir hangoy   verser mone
couper kos   gratter zoukmous   regarder hasay   vivre houna
courir zourou   jeter four   répondre     voir gouna
cracher toufa   laisser guissi   réveiller yokay   voler/prendre zay
creuser fass   lancer four   rire gorgor   voler/sauter sat
cuire hina   laver himey   s'amuser har   vomir yar

Le temps

année guiri   lundi altanin   le matin agora
après demain soubah fo   mardi altalata   la journée mena
aujourd'hui zarzigo/guirbi   mercredi alnarba   la nuit sigui
avant-hier nuit siguizin   jeudi alhamis   prière de 14h azahar
chaleur korno   vendredi aljumaha   prière de 16h algassar
(à) demain (say) soubah   samedi essabit   prière de 18h almagroub
hier bi   dimanche alhat      
hier nuit siguin         avant kamin
journée wéna   la saison de la pluie siringui n' tamar   après guina
nuit sigui   la saison chaude kormo n' tamar      
pluie siringui   la saison froide yéni n' tamar   prière / fête guinguiri
saison tamar            
saison intermédiaire gharat   du temps alwak      
temps dama   tout à l'heure ningom      
un autre jour zarzi fo            

La personne

ami serey   forgeron zemou   tout le monde ingui ka
célibataire femme tamasray   grand-frère béré   maladie dori
célibataire homme amasray   grand-parent kaaka   fièvre ténadé
chef / sultan kokoy   homme arou   toux toussout
chef de village alqali   mère nana   la santé assahat
clan tawsit   nom mane   langue ilis
Dieu ghan koye   père baba   appeler un homme kiya
enfant assabi   personne baro   appeler une femme koumma
ennemi amiksan   propriétaire amayaway      
étranger amagar   voisin anarag      
femme way   voleur seykoye      
fils isi            

Le corps

bouche   genou afoud   oreille hanga
cheveux habou   hanche issiguita   os binzi
coeur woul   intestins adaanan   peau courou
corps élam   jambe so   pied
cou guindé   lait houwa   poitrine tadmar
coude guindé   langue ilis   rhume annagar
cuisse tagma   lèvres dadlik   salive aliddé
dents éssan   main kamba   sang kouzi
doigt adit   Menton / barbe kabeye   sein kankam
dos arori   nez niné   tête bangou
épaule azir   nombril zoutou   urine hangarayo
fesse bandayo   oeil mo   ventre goungou
foie tassa   ongle asker   visage moyo

Les couleurs (élam)

bibi korray firizi sidday

tarwak

ce sont les couleurs principales, mais on peut en construire d'autre :

la couleur de la terre ganda n' elam
la couleur de l'âne (gris) farka n' elam

Les jardins et salines

afangal planche de culture   gaasu  puisette
afarek / ifirgan jardin   ganda la terre
bangou le puits   outil kaya
corde karfo   pelle félou
daba kawsa   soubou la paille
diga pioche   taki le fumier
doki rigole      
abatol / ibetlan  bassin de décantation salants, utilisé aussi pour les petites parcelles irriguées dans les jardins
abokal  petit sac de sparterie contenant de 3 à 400g de dattes
afarkok / iferkak plaque mince, base du pain de sel en cours de façonnement
afasas  pain de sel rectangulaire de grandes dimensions

Les animaux (taksé / tarssawan)

aile afraw   coq agandam   moustique tedissit   rat la souris akoundour
âne farka   corbeau agourout   mouton/bélier agemour   sauterelle azwal
araignée gouzagouza   corne askaw   oeuf gongori   scorpion taskorkoy
bélier agemour   dromadaire alam   petite fourmi tamigilit   serpent gonsi
bouc azolak   dromadaire yo   pintade taylal   serpent gonsi
brebi figui   éléphant guiwa   pintade tezlal   singe wirki
chamelle talamt   fourmi kourdoukoum   poisson kifi   termites tamada
chat mouss   hyène aggour   porc amagay   tortue afargas
chauve-souris fartata   lapin tamarwal   pou de tête geni   trace samman
chien hansi   le cheval bari   poule gorongo   vache haoui
chèvre hansini   lézard katangaré   queue tasbat   ver de terre noni
chèvre hinsini   lion arou béré   rat akotey      

Les plantes (fikyo)

arachide gougia   fenouil imiglan hangou   menthe anarnague   sorgho abora
arbre tougouzi   feuille togousi n'hanga   oignon albassa   tomate tomaten
blé alkama   fonio issibane   pastèque talagaz   tronc tougouzi n'edar
branche essab   gombo gougouwa   petit mil hayni      
courge lababé   graine iri ou izéyo   piment barkoni      
coloquinte tagalalat   haricot doungouri   poivron tatassi      
datte immature aloukouz   herbe soubou   pomme de terre batatas      
dattier tazzay   igname doya   racines ikewane      
dattier mâle amali   jujubier (fruit) isigaram   riz mo      
écorce tafirinki   maïs abora massa   salade salada      

Lorsque les plantes proviennent des régions du sud, la Tasawaq empreinte la dénomination venue du Sud : par exempple Dogon n'yaro pour le Neem provient du Haoussa. Lorsque les plantes sont inféodées à leur environnement, la Tasawaq empreinte le vocable Tamasheq et parfois l'arabe : exemple avec l'Herbe qui se dit Alémos. Ainsi il n'y a pas de nom de plante spécifique au Tasawaq, sauf quelques noms composés, comme farka n'fu = le pet de l'âne. On trouvera des noms de plantes dans la florule de Ingall

L'environnement

ciel bénayo   lune handou   pierre tanzi   village agroum
champs afarek   maison hougou   pluie siringui   route taré
chemin taray   marché yobou   poussière abakko   froid yéni
eau ari   montagne akaswar   sable ganda   chaud korno
endroit dago   mosquée tamizguida   soleil wayna   fraîcheur yay
étoile atri / itteran   mur hinanan   terre ganda      
fleuve agaraw   nuage agnaw / ignawan   toit garin bené      
grenier bougou   nuit sigui   tornade tazzikka      
hangar tafala   obscurité coubayo   trou goussou      
lac, mare goussou   ombre bi   vent hiyaw      

La maison

calebasse gessou   graisse mani   sauce houwaye
cendre bosso   huile gui   sel siri
chaise koujera   la pâte tassou   table table
charbon dangyo   lit terbout   thé kano / aragagar
couteau sélak   marmite coussou   verre kob
cuillère seraw   graisse nani   viande hamou
cuisine foutey   natte assalla      
feu hourou   natte de hangar zana      
fromage guéssi   nourriture wan ha      
fumée nounayo   pain bourou      

L'habillement

collier     sandales tagmou
chapeau takoubout   tissu yadi
chemise femme taggo   tresse kakay
bague tasindir   turban tobey
boubou toublou      
pagne tadalal / zani      
pantalon wardoum      

Les choses

arc kori   échelle sikitran   or ourak
argent aryalen / nagrouyo   fer gourou   panier sanfo
bâton tougouzi   flèche amour   tamtam genga
chose ha   fusil bindiga   vêtement dabdayo
corde karfo   hache diksi      
couteau selak   lance allak      
daba kossa   livre alkittb/Almoussaghaf      

Vocabulaire

honte haoui   vérité simi   décision alkawel   gestes yagan
peur hambiri   mensonge tangari   accord yarda   un coté tassaga
mot tifir     excuse sourouf   sérieux aladab   guerre wangou
merci tenemert   voyage awizili   patience tazaydart   paix alher

Ethnique

 masculin  féminin  pluriel  
 assawaq  tassawaq  isawaghen  un/une assawaq
 amghoud  tamghoud  imghad  un/une targui.e
 atefin  tatefine  Itefinen  un/une haoussa
 aarab  taarab  aaraben  un/une arabe
 azabarma  tazabarmat  izabarmen  un/une zarma
 agdal  tagdal  igdalen  un/une agdal
 azgha   tazghay   izghan  un/une beriberi
 agourma  tagourma  igourman  un/une gourmantché
 akarada  takarada  ikaraden  toubou
 afallen  tafallen  Ifallalen  peulh

Man nin kani

(signifie "comment ton sommeil" = bonjour)

Les populations sédentaires d'In Gall et de Teggida n'Tessoumt ont un parlé très spécifique, à base Songhay incluant beaucoup de vocabulaire Tamasehq et Arabe, la Tasawaq, parlée par 7 à 8000 locuteurs. C'est une des dix langues nationales du Niger, même si cette dernière est très confinée. Cette langue fait partie d'un groupe de langue, présentes dans la campagne nigérienne, notamment la Tagdalt parlée par les Igdalen (6000 locuteurs), ayant un mode de vie Touareg (semi-nomadisme) au coeur de l'Ighazer. Du coté de Tahoua et Abalak on trouve aussi cette principale variante qui intègre encore plus que la Tasawaq, du vocable Tamasheq, mais aussi d'autres parlés proches comme la Tabarog parlée par les Iberogan, tribus plus ou moins vassales des Igdalen.

Le dictionnaire vous présente un ensemble de vocabulaire, plus de 500 à terme traduits littéralement et classés par lexique. La prononciation est une difficulté réelle de compréhension et d'écriture, nous ne nous lancerons pas dans une écriture parfaite (qui d'ailleurs n'existe sans doute pas). Elle est donc très "impressionniste" et se prononce un peu à l'anglaise.

Un module de traduction et d'écoute est proposé ci-dessous, il pourra pallier ces premières approximations orthographiques. Toute compétence pour améliorer ce dictionnaire est bien entendu la bienvenue.

Les salutations

- man nin kani signifie "comment ton sommeil" = bonjour, Man nin hogay signifie "comment ta soirée" = bonsoir. A cela l'on répond Alher'as = la paix est là = ça va.

- comme partout en Afrique les salutations prennent un temps certain, ainsi après le bonjour, c'est toujours, man hougyo = comment va la maison, man assabyo, comment vont les enfants, man farga = comment la fatigue, man touksy = comment la chaleur, etc.

- man i ban a si ni = comment allez-vous ?

- pour la bonne nuit on compose kani alher = dormir en paix.

Compter l'argent

Pour passer de la table des chiffres à celles de l'argent il y a un multiple de 5 ! Ceci provient du fait que lors de l'introduction du Fcfa en Afrique la plupart des populations ont pris comme unité (au sens UN) la plus petite pièce qui était alors 5 Fcfa ; ainsi lorsque vous dite Témédé cela signifie bien 100 pièces de 5 Fcfa soit 500 Fcfa.

"Apprendre Tamacheq", est un livre qui comme son nom l'indique renferme les principes du langage parlé par les Kel Tamacheq ou TouaregCet ouvrage est une ouverture culturelle vers le monde Touareg, il vous donne l’oportunité de comprendre ce peuple par la maîtrise de leur langue. Il comprend des leçons de grammaire, des mots de vocabulaire, les proverbes, les contes mais aussi quelques chansons de musiciens touaregs.

Tegidda n’Tesemt n’est très vraisemblablement pas le premier site d’exploitation du sel en Ighazer. Gélélé à 12 km au nord-nord-est, où l’on retrouve également des ateliers de cuivre a précédé les salines de Tegidda n’Tesemt (Bernus et Cressier 1992). Mais l’exploitation y été aussi très différente, puisqu’il n’y avait pas de propriété du site, comme pour l’eau du puits, celui qui l’extrait l’utilise (Bernus et al. 1976), alors qu’à Tegidda n’Tesemt l’exploitation des salines se fait par des propriétaires qui ont délimité leur zone de travail comme on délimite un jardin. Cette différenciation est aussi sans dote liée à l’usage fait de ces sels, puisque celui de Gélelé pouvait très certainement servir le processus de purification du cuivre, alors que celui de Tegidda n’Tesemt est d’usage essentiellement de sel à lécher pour les animaux mais convient bien aussi pour un usage de table.

Les salines de Tegidda n’Tesemt sont aussi appelées Bogonuten par les Touareg, ce qui signifie la dune, la colline (Bernus et Bernus 1972), qui émerge au dessus de la plaine immensément plate des argiles rouges de l’Ighazer. Littéralement le nom signifie la "source salée". Les sauniers sont tous de familles issues d’In Gall et même à 80km au nord de cette dernière, Tegidda n’Tesemt en est bien son faubourg. Aujourd'hui l'exploitation du sel perdure, on trouve en quasi permanence 300 personnes sur le site perpétuant une organisation et des gestes vieux d'au moins 5 siècles.

En bordure du Sahara le climat sahélien est aride :

- de mi-juin à mi-septembre s'étend la saison des pluies qui se concentre surtout en juillet et août, la température varie entre 25 et 35°C jour et nuit,
- en octobre et novembre la petite saison chaude s'installe et voit une remontée des températures à 35°C,
- en décembre arrive la saison froide qui durera jusqu'à fin février avec des températures pouvant descendre à 10°C,
- puis c'est la grande saison chaude qui verra certains jours les températures flirtées avec les 50°C de mars à mai.

Du sud au nord de la plaine de l'Ighazer, l'approche du grand Sahara se fait sentir à chaque pas. Au sud les restes des falaises de Tiguidit se font de plus en plus disparates à l'approche de Ingall. Voici le transec le long duquel nous vous présentons les paysages de la plaine de l'Ighazer.

Au premier plan on observe des touffes de Pennisetum hordeoides sur un terrain sableux. Puis viennent des arbustes, Acacia raddiana et Prosopis africana sont les plus répandus ici. La relative abondance du Prosopis nous signale que des habitations ou campements sont tout proche, les graines étant disséminées par les ânes. Le petit arbre est Aborak (Balanites aegyptiaca). Derrière se détache les falaises de Tiguidit, nous sommes ici près du village de Tirgit à l'ouest de In Gall.

La richesse géologique de cette partie du Niger explique que cette région est connue sous deux aspects principaux, l'uranium et la présence de nombreux restes fossiles de dinosauriens, requins et autres crocolidiens.

Les cartes suivantes vous présentent les différentes unités géologiques autour de Ingall :

- au Nord les argiles de l'Eghazer ou Ighazer qui lors de l'hivernage se gorgent d'eau et libèrent une végétation exubérante en bordure du Sahara. Elles sont la cause de la Cure salée, transhumance vers ses pâturages très riches mais temporaires et siège de sources artésiennes salées,

Même à proximité du Sahara, la vie ne s'arrête pas aux portes de la ville d'Ingall, les relations avec "la brousse" sont permanentes, et on est toujours surpris de voir quelqu'un au milieu de nul part. En fait, ce n'est nul part que pour le profane ...

En bordure du Sahara l'ensemble de la plaine est pacagée par les troupeaux Peulhs et Touaregs. Ils font quotidiennement de grande distance pour abreuver et nourir leur bétail. Ils déplacent leur campement au grè des pluies et des points d'eau, ainsi il n'est pas rare de voir quelques lieux avec 2 ou 3 cases en banco qui matérialisent un hameau reconnaissable sur une carte. Néanmoins beaucoup de lieux, comme les reliefs marqués, les arbres remarquables ont un nom pour les pasteurs nomades, qu'aucune carte ne recense encore ...

On trouvera également des informations précieuses grâce au travail de AFANE Abdoul kader, Doctorant à l'Institut de Géographie Alpine.

  timbre1 timbre2

Ces timbres ont été dessinés par Pierette Lambert (née le 10 juin 1928 à Orches). C'est une artiste française qui est connue pour avoir dessiné des billets de banque et des timbres-poste. On notera que certains timbres ont été réévalués à 100 Fcfa, le début des années 1970 marquant un cycle de grandes sécheresses en Ighazer.

La cure salée est une grande transhumance des troupeaux des éleveurs nomades du Niger qui a lieu pendant et après l'hivernage (de juillet à décembre). La plaine de l'Ighazer wan Agadez est une zone argileuse qui s'étend depuis les falaises de Tiguidt vers In Abangarit et sur le piémont de l'Aïr. Durant la saison des pluies elle se couvre d'une végétation herbacée temporaire qui attire tous les troupeaux du Niger. Chameaux, vaches, chèvres, moutons et ânes se mettent en route vers ces pâturages.

Compenser votre carbone à In Gall Planter un dattier à In Gall icone43

Compensation Carbone

Planter un dattier

Santé et environnement

Tout savoir sur l'Ighazer et In Gall

bibliographie

Bibliographie

filmographie

Filmographie

cartotheque

Cartothèque

photo galerie

Galeries photos

calameotheque

Calaméothèque

webgraphie

Webthèque