Des Villages Néolithiques

Gobero (7700-6200 BE)

Le site de Gobero repose sur une paléodune qui fut récemment accumulée sur la période aride précédent le grand humide de 14000 à 8000 BE. On y trouve des sépultures dans un cimetière avec des hommes et des femmes de grande taille voisinant 2 mètres. Ce seraient des populations apparentées aux Mechtoïdes de l'holocène moyen du Mali et de la Mauritanie, mais aussi apparentées aux Ibéromaurusiens du Pléistocène, ainsi qu’aux Capsien du Maghreb du début de l'holocène, ce qui fait dire à Sereno que nous sommes en fasse d’un assemblage transsaharien ! (Sereno et al. 2008). Cet assemblage dénote une mobilité des néolithiques bien plus importante que de simples contacts de proche en proche et/ou une mixité des populations qui se fait de gré ou de force.

Figure 3. Radiocarbon (14C AMS) dates for human skeletons, ceramics, charcoals, middens, fauna, artifacts and sediment (Sereno 2008)Les occupants de l'Holocène précoce à Gobero étaient en grande partie des chasseurs-pêcheurs-cueilleurs sédentaires avec des sites funéraires au bord du lac qui comprennent le plus ancien cimetière enregistré au Sahara datant de 7500 BE. Leur industrie est microlithiques pointes, harpons, hameçons en os, qui marque bien un néolithique ancien assez similaire de l’économie ripicole de la vallée de l’Azawagh. Il ne semble pas y avoir de concordance entre la céramique de Gobero et celle du Kiffien et Ténéréen d'Adrar Bous, Tagalagal, tant dans les formes, le dégraissant végétal, les décorations (Garcea 2013). Cette période de Gobero se termine par une phase aride de 6200-5300 BE, plus long que l'aride du Sahara entre 6400-6000 BE.


Gobero (5200-2500 BE)

A Gobero, profitant d’un retour des conditions humides vers 5000 BE, l’homme réinvestit le site. Il se développe une végétation de type sahélienne qui favorisera encore plus l'expansion de l'homme dans le Sahara méridional, avec l’épanouissement du Ténéréen qui perdurera jusque vers 2000 BE, où l'aridité et sans doute les pressions démographiques les firent migrer vers le sud. Mais il apparaît que ce ne sont pas les même homme que ceux de la phase pré-pastorale précédente. Ils sont plus petits et plus graciles et enterrent leurs défunts avec des accessoires élaborés en os et en ivoire, ce seraient des soudanais (Sereno et al. 2008 ; Garcea 2013).

S’ils semblent connectés aux pasteurs Ténéréen, les hommes de Gobero semblent néanmoins s’en différencier de part leur économie, au bord d’un lac ou le poisson à toute sa place et où les tombes monumentales qui apparaissent au Sahara central ainsi que les ovicaprinés ne sont pas présents sur le site (Garcea 2013).

A Gobero, le choix des matières premières lithiques est fait en fonction des usages, ce qui dénote donc une utilisation différenciée des matériaux par types d'usage, dont le jaspe vert qui n’est pas sur place, mais provenant de l'Aïr oriental, où il est réduit puis affiné à Gobero. Cette pierre typique du Ténéréen est peu présente à Gobero, mais pas absente, il semble que des nucleus furent produits sur le site d’Aballaka en Aïr Oriental à près de 200 km, et qu’ils furent affinés sur place et même recyclés au besoin dans d’autres outils, ce devait être une matière assez prisée pour la facilité de taille, qu’on ne gaspille pas mais plutôt rare (Garcea 2013). Trois types de matériaux sont utilisés à Gobero, le matériel local, les bois fossilisés et donc un matériel exogène le tuf vitrifié ou jaspe vert.

L'homogénéité des pointes de flèches de Gobero, suggère une production standardisée qui devait être une des activités manufacturières importantes dans l'économie de subsistance de ces populations (Garcea 2013), qui est un élément de connexion d’avec les Ténéréen qui renferment aussi des sites spécialisés. Le site de Gobero est de plein air et dense, ce qui dénote une logistique à faible mobilité, ce sont des pasteurs semi-nomades avec de longue période de stationnement, se différenciant ainsi des pasteurs Ténéréen qui transhument entre montagne et plaine.

Au milieu de la période pastorale, Gobero reçoit des influences du nord et de l'orient, comme l'enterrement des corps dans l'habitation. Le positionnement funéraire augmente en variabilité avec le temps, tandis que la posture funéraire a diminué en tension avec des formes de transition, ce qui laisse penser à une certaine continuité dans la population. Les pratiques funéraires de la période pastorale semblent donc en continuité de la période pré-pastorale. Parmi les formes assises serrées, certaines, anciennes, entassées dans des contenants périssables, sont seulement documentées au Maghreb ! (Garcea 2013). L'enterrement des corps dans l'habitation, au milieu de la période pastorale, montre que Gobero reçoit des influences du nord et de l'orient de manière somme toute assez continue.

Vers 2500-3000 BE, le début de l’aridification généralisée du Sahara amène de plus en plus une présence transitoire et nomades sur le site Gobero, qui avec près de 200 sépultures est l’une des plus importante nécropole du Sahara méridional.


Chin Tafidet (2500-1900 BE)

Tchin TafidetChin Tafidet est l'un des sites importants installés aux bords de l'Ighazer, occupé continuellement vers 2 500 BE pendant près de 600 ans. Chin Tafidet signifie en Touareg « le lieu où l’on trouve l’ocre ». Les habitants de Chin Tafidet étaient des éleveurs, mais aussi des chasseurs et des pêcheurs, dont l'industrie principale était la production de céramique. Ces céramiques étaient entièrement décorées et le plus souvent cylindroïdes. Les bijoux ne sont pas absents, bracelets et autres pendentifs le plus souvent en ivoire d'éléphants ou d’hippopotame.

Le village est installé sur un banquette qui domine d’une dizaine de mètre la monotonie de la plaine argileuse. Cette banquette est un dépôt éolien qui s’est constitué assez récemment, sans doute dans les 500 ans qui précèdent l’installation de l’homme (Paris 1997). Elle est comme une île au milieu du lit majeur de l’Ighazer et possiblement donc inaccessible durant certaines périodes comme la mousson d’été. Aucun indice d’une quelconque navigation n’a été mis à jour. Ce climat de type mousson, fait donc varier la hauteur du paléolac au grès de l’année et des périodes plus pluvieuses, puisqu’il est repéré des épisodes d’écoulement importants donnant lieu par exemple à des alluvions à galets grossiers nécessitant un courant d’eau conséquent.

Le régime alimentaire de ces soudanais (Paris 1984), était au 3/4 assuré par la viande domestiquée, bovins et caprins, complété par la faune sauvage. La chasse et la pêche, plus sûrement pratiquée par des groupes voisins comme à In Tuduf, y a néanmoins laissée des traces, comme des outils de chasse façonnés dans les jaspes verts de l'Aïr à près de 250 km. Les céréales comme le petit mil sauvage étaient aussi consommées. L'Ighazer voisin était peuplé de tortues, crocodiles et de nombreux hippopotames, tous consommés par les habitants du village néolithique. L'ichtyofaune, comme la perche du Nil, ou le poisson chat, sont les deux espèces les plus consommées par l'homme et signalent des eaux stagnantes peu profondes (Paris 1997). Mais aucuns harpon ou hameçon n’a été retrouvé sur le site, ce qui peut faire supposer que la pêche a été effectuée à l’aide de filet ou de nasse, sans qu’aucune preuve n’est était mise en évidence (Paris 1992).

La faune sauvage n'était pas absente du régime alimentaire, girafes, félidés, phacochère, antilopes et de nombreux poissons agrémentés les repas. Les lacs et marais avoisinants constituent un bon garde-manger, mais devant les sécheresses qui s'intensifient, l'Aïr et le Hoggar ne renouvelant plus ces eaux. Vers 1 900 BE, les populations abandonneront le site, ne trouvant plus les ressources nécessaires à leur troupeau, ni même sans doute les céréales sauvages ou cultivées (Paris 1984). Ces populations seront remplacées par des éleveurs nomades venant du Sahara central.

On trouve sur ce site 4 cimetières, dont deux pour les hommes et deux autres plus petits pour les animaux. La population procédait à des rituels d'inhumation de leurs animaux domestiques, essentiellement bovins, mais on trouve également des sépultures de caprins et de chiens. L'homme a donc tissé des liens très étroits avec ses bovins, qui sont sans doute l'animal le plus important en nombre, et le premier fournisseur de protéines après les poissons. Le Bos taurus est aussi inhumé après un sacrifice rituel, démontré par la présence d'égorgement sur des restes de cervicales, et enfouit en entier le plus souvent sans même consommer la viande. Tout comme l'homme, l'animal est inhumé avec une orientation est-ouest. Compte tenu de l'âge du site de Chin Tafidet, il est très certain que la domestication du Bos soit ancienne, permettant ainsi de tisser ce lien étroit entre les hommes et les animaux depuis plusieurs millénaires. Une intimité semblable devaient également s'être développée avec les chiens, eu égard à la qualité des squelettes retrouvés dans les fouilles du site.

Les hommes sont inhumés dans des zones bien précises matérialisant des cimetières, autour d'un site d'habitat léger, vraisemblablement sous forme de tente en matériaux périssables. Les corps sont préférentiellement orientés est-ouest, posés sur le coté avec les membres inférieurs fléchis, nécessitant des liens pour maintenir cette position, ce qui dénote un minimum de préparation du corps avant un tel rituel. Aucune relation n'a été mise à jour entre les inhumations animales et humaines.

Enfin, un quartier ou atelier des installations humaines, qui possède une industrie lithique très différentes sur quartzite peut faire penser à un outillage de type agricole tout comme sont positionnement sur la banquette, près de l’étendu d’eau stagnante, qui en se retirant permet la culture de décrue. Mais là encore, les preuves manquent.


Iwelen (3500-200 BE)

A partir de 3500 BE les épisodes humides sont différents, de moins en moins intenses et longs, surtout à cause d'un changement du type des pluies, passant d'un régime hivernal et de mousson à un régime unique de mousson. L'aridité que l'on connaît aujourd'hui commence son installation, et avec elle les modes de vie qui vont évoluer vers le nomadisme.

Après l'avènement du Ténéréen, une société prospère économiquement et nombreuse, vers 3800 BP quelques traces d'un faciès un peu différent émergent au kori Tassos près d’Iwelen à l'intérieur du Massif de l’Aïr. Ce sont de nouvelles populations paléoberbères avec de nouvelles céramiques plus raffinées, cannelées, campanulées. Une population qui connaît le cuivre vers 2680±40 BP, pour son armement de jet, la lance, mais surtout l’art rupestre centré sur l'homme (Roset 1995). C’est un changement culturel en Aïr septentrional, mais les hommes d'Iwelen n'ont pas trouvé le massif vide, s’ils apportent de nouveaux rites, ils assimilent aussi des populations antérieures et intègrent aussi des us et coutumes déjà présents en Aïr.

 

Iwelen - Jean-Pierre ROSET - 1989 - 21 mn

Jean-Pierre Roset évoque pour Iwelen, à la fois un gisement archéologique, une nécropole de structures mégalithiques et un musée à ciel ouvert par ses gravures rupestres. Ces immigrants qui peuvent être qualifiés de paléo-Touaregs utilisaient des chars attelés de chevaux comme l'a montré l'étude des nombreuses gravures rupestres associées (Roset 1987 ; Maley 2004). Les rites funéraires évoluent avec notamment les tumulus à cratère, le défunt est orienté Est-Ouest et inhumé avec ses parures et des céramiques (Paris 1996).

Le cuivre est attesté vers 2680±40 BP pour l’outillage et l’armement de jet de lance que l’on retrouve dans les sépultures mais aussi sur les fresques rupestres permettant de mettre en lien les sépultures, l’habitat et l’art rupestre (Roset 1987). Mais on ne note aucun four métallurgique, ce qui interroge sur la provenance de ce métal. Ils utilisent aussi les chars attelés nombreux dans les peintures rupestres des massifs centraux du Sahara (Roset 1995) et nous suggèrent une classe dirigeante.

Au vu de la modestie des parures retrouvées dans les sépultures, mais aussi du fait que l’ensemble des classes d’âge et de genre semblent représentées dans les tumulus à cratère, il est admissible de penser que l’on est à faire à une population plutôt égalitaire. Cela tranche bien entendu avec l’armement de cuivre qui fait plutôt penser à une classe dirigeante et il faut donc suggérer qu’à Iwelen une société hiérarchisée existe avec différentes classes sociales. Une dirigeante, le sproteurs de lance, outils de défense mais aussi de prestige, et au moins une classe égalitaire peut être els artisans potiers de l’Aïr, puisque Roset tissent des liens entre la céramique d’Iwelen et les pratiques encore actuel des Ekanawen, les artisans potiers des Kel Owey (Roset 2007). On pourra également faire un parallèle avec les Ekanawen des Kel Gress, qui autrefois occupés l’Aïr, et dont les besoins en céramique sont limités à deux types d'objets d'une part les marmites destinées à cuire les aliments et d'autre part les tuyères des soufflets de forge (Bernus et Echard 1992).

Avec l’aridité, les gens du village d'Iwelen vont ainsi abandonner leurs installations vers 500 BE pour des déplacements de plus en plus fréquents à la recherche de pâturage et d'eau pour leurs troupeaux.


La nécropole d’Arlit ( BE)

à compléter ...

30 gisements autour d'Arlit tous sous forme d'une butte de faible relief, de détritus alimentaires, de tessons de poteries et d'outillage variés, ressemblant au Ténéréen

toujours près d'une vallée avec hypopotame, crocodile, moule, mutela, etc.
pêche pratiquée à la senne en témoignent les poids de lestage
industrie lithique  apparentée à EsShahénab décrit par Arkell
une datation du four de 4150+-110 BP awalawalt (Lhote 1978)


Quelques particularités

figurinesDeux types de particularités sont rapportées ici. Tout d’abord un ensemble de structures en terre cuite indéterminées à Tchin Tafidet, In Tuduf, Ikawaten, ainsi que sur 5 autres sites identifiées par Henri Lhote autour d’Arlit (Lhote 1974 cité par Grébénart et Poncet 1985). Une seule datation à rattacher prudemment à ces éléments, four de potier ou non, décrit et daté par Henri Lhote de 4150+-110 BP soit 2750 BE.

Ainsi que des figurines anthropomorphes et zoomorphes, celle d’Orub déjà citée et celles de la vallées de Sekiret (Gouletquer et Grébénart 1979), soit quelques dizaines qui en font l’un des sites les plus importants de part leur concentration à travers tout le Sahara, et peut être à mettre en relation avec les éléments décrits du côté d’Arlit par Henri Lhote (Gouletquer et Grébénart 1979). Ces figurines se retrouvent donc dans un contexte néolithique ‘saharien’ associé en sus à des vestiges du cuivre, ce qui est encore très remarquable. Une seule datation de disponible celle d’Orub, première moitié du 2è millénaire, que l’on peut relier à celle d’un fourneaux de cuivre de la vallée de Sekiret vers 1440 BE (date calibrée en 1979, donc possiblement plus tardive avec une calibration récente, vers 1900-1500 BE).

D’autres éléments du néolithique au nord de l’Ighazer pourrait être évoqué, mais il m’est actuellement difficile d’accéder aux comptes rendus des missions de Henri Lhote dans la Région d’Arlit au début des années 70. Comme la culture, qu’il nomme kjoekkenmoddinger, civilisation qui occupa la dépression de Tessellamane et toute la vallée de Timersoï-Assakaraï, peut-être jusque vers In Azaoua, que l’on retrouve sur les sites de Tamaya Mellet, Taferjit (Lhote 1950). Les Kjokkenmodding sont des amas coquilliers aquatiques d’eau douce qui semblent parsemer les rives de certains affluents de l’Ighazer. Le programme de la vallée de l’Azawagh en note mais qui semblent naturels par exemple autour de Mentes (Bernus et al. 1999).


Références

Bernus E., Cressier P., Paris F., Durand A., Saliège J.-F. 1999 – Vallée de l’Azawagh, Études Nigériennes no 57, SEPIA, 422 p.
Bernus E., Echard N. 1992 – Programme archéologique d’urgence 1977-1981 : 5- Les populations actuelles, Études Nigériennes no 52, IRSH, 108 p.
Garcea E.A.A. (dir.) 2013 – Gobero: the no-return frontier : Archaeology and Landscape at the Saharo-Sahelian Borderland, Frankfurt am Main, Allemagne, Africa Magna, 293 p.
Gouletquer P., Grébénart D. 1979 – Figurines en terre cuite du Néolithique de la région d’Agadez (République du Niger), Bulletin de la Société préhistorique française, 76 (3), p. 91‑96.
Grébénart D., Poncet Y. 1985 – Programme archéologique d’urgence 1977-1981 : 2- Le néolithique final et les débuts de la métallurgie, Études Nigériennes no 49, IRSH, 418 p.
Haour A. 2003 – One Hundred Years of Archaeology in Niger, Journal of World Prehistory, 17, p. 181‑234.
Lhote H. 1950 – Le gisement néolithique d’In-Guezzam (Sahara central), Bulletin de la société préhsitorique française, (47), p. 165‑171.
Lhote H. 1978 – Découverte d’un four de potier néolithique dans la région d’Arlit, Notes africaines, N°158, p. 29‑33.
Maley J. 2004 – Le bassin du Tchad au Quaternaire récent: formations sédimentaires, paléoenvironnements et préhistoire. La question des Paléotchads., In L’évolution de la Végétation depuis deux millions d’années., ARTCOM/ERRANCE, p. 179‑217.
Paris F. 1984 – Programme archéologique d’urgence 1977-1981 : 3- Les sépultures du néolithique à l’islam, Études Nigériennes no 50, IRSH, 233 p.
Paris F. 1992 – Chin Tafidet, village néolithique, Journal des africanistes, 62 (2), p. 33‑53.
Paris F. 1996 – Les sépultures du Sahara nigérien du néolithique à l’islamisation, Études et Thèses, ORSTOM, 376 + 621 p.
Paris F. 1997 – Chin Tafidet, village néolithique des rives de l’Ighazer, contexte géologique et stratigraphique, in L’homme et l’eau dans le bassin du lac Tchad, ORSTOM, p. 123‑134.
Roset J.-P. 1987 – Néolithisation, Néolithique et post-Néolithique au Niger nord-oriental, Bulletin de l’association française pour l’étude du Quaternaire, 24‑4, p. 203‑214.
Roset J.-P. 1995 – L’occupation humaine de l’Aïr et du Ténéré, au Niger, depuis 10 000 ans, in Marliac Alain (ed.). Milieux, sociétés et archéologues, p. 161‑196.
Roset J.-P. 2007 – La culture d’Iwelen et les débuts de la métallurgie du cuivre dans l’Aïr, au Niger, Paris, in Le Chalcolithique et la construction des inégalités. II, Proche et Moyen-Orient, Amérique, Afrique, Paris, Errance, p. 107‑136.
Sereno P.C. et al. 2008 – Lakeside Cemeteries in the Sahara: 5000 Years of Holocene Population and Environmental Change, PLOS ONE, 3 (8), https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0002995.