Les Kel Ferwan

Imprimer

L'origine du groupement des Kel Ferwan prend sa source près du village d'Iférouane au nord des montages de l'Aïr. Ce ne serait que récemment, XVIIè ou XVIIIè siècle qu'ils se seraient déplacés autour de la capitale du Sultanat de l'Aïr, devenant ainsi le bras armé d’un Sultan sans armée.


kelferwan tribusOrigines et légendes

Les Kel Ferwan seraient arrivés en Aïr en même temps ou plus sûrement après les Kel Owey courant du 15è siècle ou un peu plus tardivement vers le début du 16è siècle (Casajus 1981 ; Hamani 1989). De Libye ou de Ghât dans les Ajjer selon certains, ce sont en fait les Irawatan et les Iberdiyanan qui forment le socle de ce groupement desquels ont émergés plusieurs autres tribus et qui rassemblèrent sous leur protection d'autres tribus, ce qui reflète bien la composition hétéroclite d'un groupement Touareg actuel, aux origines diverses. D’aucun leur prête aussi une parenté étroite avec les Ahaggar notamment les Kel Rhela.

La légende les dit originaires de la Mer rouge, ils furent menée par une femme Sabannas et s'installèrent dans la vallée d'Aghazer et fondèrent vraisemblablement le village que l'on nomme aujourd'hui Iferwan, mais plutôt Aghazer pour les Touareg et on retrouve parfois dans la littérature le nom de Kel Aghazer. Le nom des Kel Ferwan vient bien entendu de ce village originel, nom qui leur fut donné par les colons français. Sabannas, partie d’Égypte enceinte, mis au monde Mohammed Sabannss qui fut le premier Tambari (Amenokal) des Kel Ferwan. Arrivée à Aderbissinat, elle tapa trois fois le tambour de guerre pour signifier que cette région, d'Iferwan à Aderbissinat était sa dot. Une autre légende parle de trois sœurs qui quittèrent un jour leur pays natal, l’oasis libyenne d’Awjila, et vinrent s’installer dans la région, où chacune d’elles prit époux parmi les indigènes. De ces trois femmes descendraient les trois principales tribus de la confédération (Hama 1967). Enfin, Jean les fait venir de la Mecque, par la confédération des Aboujali (Jean 1909).

Si l'on omet les aspects légendaires de ces traditions, l'origine des Kel Ferwan semble bien être les Ajjer avec des parentés plus affirmées avec les Uraghan et les Imanan de cette région, ces derniers étant des Chorfa venus de Fez. Il est néanmoins aussi probable que certaines tribus aient une origine de l'Ahaggar comme le souligne une parenté avec les Kel Rhela. Cette double origine potentielle se retrouve de manière assez parallèle avec celle des Kel Fadey ayant pour origine ces mêmes montagnes, car l'on sait que les Touareg de l'Ahaggar comme ceux des Ajjer élevaient leurs camelins le plus souvent dans la Tamesna et le nord Aïr, régions plus favorables à cet élevage que les massifs montagneux. Il a donc pu ainsi se reproduire au nord de l’Aïr les alliances mais aussi les inimitiés entre groupes touaregs. Il n'est d'ailleurs pas impossible qu'avec un peu plus de recherches fines dans les traditions orales, tribu par tribu, on ait un certain parallélisme dans les relations tribales entre les Touaregs du nord (Ahaggar et Ajjer) et les Touareg de l’est (Aïr et Azawagh) comme Nicolaisen le propose (Nicolaisen 1982).

Il semblerait néanmoins qu’ils soient en partie originaires des Imannan de Ghât qui à l’époque de leur arrivée en Ayar dirigés l’ensemble du Sahara central (Hamani 1989). Il n’est donc pas étonnant de voir des tribus Kel Ferwan se rappeler au souvenir de l’Ahaggar de l’Ajjer ou du Fezzan. Il serait d’ailleurs intéressant de comprendre si l’on a pas ici un mouvement conscient de colonisation de l’Ayar par les Touareg du nord. Par la suite les Imanan étant dépossédés du pouvoir au Sahara central notamment par les Uraghan en Ajjers et les Kel Rhela en Ahaggar, il se peut que les Kel Ferwan préférèrent citer ces origines plus en correspondances avec la géopolitique saharienne.

Les touaregs se donnent comme origine une femme, en cause la matrilinéarité en vigueur le plus souvent jusque vers le XVIIè siècle. La légende des trois sœurs dont le plus vieille, montée sur un chameau mâle, signe bien que c'est une Timenoûkalînes, une femme investit des pouvoirs d'un chef Touareg. Ce pouvoir a pu très probablement être acquis à travers les mariages des Imanan de Ghât qui marièrent les femmes nobles de cette région, ce qui peut faire un lien entre légende et réalité.

Au XVIIè siècle les Imanan, défais par les Uraghan, se réfugièrent chez leurs amis d'Agadez, peut être des Kel Ferwan, et au XIXè siècle les Kel Rhela, dont les Kel Ferwan se disent en parenté, vinrent soutenir les derniers Imenan des Ajjers en montant une expédition guerrière contre les Uraghan. Tous ces faits peuvent nous orienter vers une origine Imanan des Kel Ferwan, mais l'imbrication des Timenoûkalînes dans les filiation Imanan et d'origine Uraghan doivent nous tempérer dans cette ardeur.

Au XVIIè siècle, les Kel Ferwan firent mouvement vers Agadez pour soutenir le Sultan de l'Aïr, et le protégèrent contre les incursions des Kel Gress et autres Ouelleminden. Ils devinrent ainsi le bras armé du Sultan de l’Ayar. Fin XVIIIè, les Kel Oui ont supplanté les Kel gress et Iteseyen, ainsi les Kel Ferwan prennent la place autour d'AZ et remplacent le Sultan quand celui-ci s'absente avec un rôle d’arbitre, qui laisse une place importante au Tambari (Urvoy 1936).


L’Ettebel des Kel Ferwan

kelferwan originesLe groupement des Kel Ferwan est composé de 10 000 âmes en 1977 (Casajus 1981), 5 000  dans les années 1950 (Nicolas 1950). Ce sont des bergers moyens ou pauvres, seuls les Isekaranan et Idalayen sont des éleveurs de chameaux.

La tribu des Irawatan est reconnue par toutes les autres qui composent le groupement des Kel Ferwan, comme étant celle qui porte l'Ettebel, le tambour de guerre et qui en fait la tribu Imajeghen. L'Ettebel n'a plus aujourd'hui qu'une fonction administrative pour prélever l'impôt et un rôle de juge des conflits sur son terroir. Selon la monographie du cercle d'Agadez du Capitaine Dario 1908, les Kel Azil sont une seconde tribu Imajeren. Il n'y a pas de tribus Ineslemen tout comme chez les Kel Fadey, les tribus Imghad qui composent ce groupement sont les suivantes : Iberdiyanan, Elbaratan, Kel Tesemt, Imezzurag, Igendiyanan, Isekaranan, Ighbaran, Izagaran, Idalayen, Kel Tedale, Kel Akarra, Aytoghan et Ifoghas.

Les nobles Kel Ferwan disent qu'autrefois le groupe tout entier des Kel Fadey, y compris sa tribu noble, payait le prix des dots au Tambari des Kel Ferwan, comme ses propres vassaux. On dit que la vassalité des Kel Fadey a pris fin lorsque ceux-ci refusèrent de payer une dot. Mécontent de cela le Tambari des Kel Ferwan allant en guerre mais fut blessé par les Kel Fadey qui le recueillirent et le soignèrent (Nicolaisen 1982).

Les Iberdiyanan forment la tribu Imghad la plus importante, ils seraient venus avec les Irawatan depuis la Lybie (Casajus 1981). Plusieurs tribus des Kel Ferwan leurs sont proches : les Elbaratan, Kel Tesemt et Imezzurag en seraient issus, tout comme les Igendiyanan qui seraient des descendants des Iberdiyanan et de femmes Kel Owey. Les Isekaranan, Ighbaran et Izagaran seraient des descendants des Itessen ayant trouvé refuge auprès des Irawatan. Les Kel Tedale, Idalayen, Kel Akarra sont arrivés tardivement sur le terroir de Kel Ferwan. Ils sont considérés comme des tribus Imghad pour les Irawatan, mais les Kel Tedale et Kel Akarra ne se soumettent guère, vraisemblablement depuis que la groupement a quitté la zone d'Iferwan pour Agadez, les Kel Tedale étant restés dans cette partie nord de l'Aïr. Les Aytoghan et Ifoghas sont arrivés au Niger récemment à la fin du 19è siècle, leur parlé Tamasheq en atteste par des formes linguales qui se remarquent à Agadez. Ce rattachement semble une hérésie pour nombre de Kel Ferwan.

Le Kel Tesemt seraient les anciens Iraouelen des Inusufan du royaume de Takedda qui précéda le Sultanat de l’Ayar, ils sont pillés et houspillés par les Imghad Kel Ferwan, comme pour leur rappeler leur passé aux côtés des Messufa (Nicolas 1950). Ce sont peut être ceux qui exploitèrent le sel de Tegidda n’Tesemt.

Les Kel Tadélé sont originaires de tripolitaine venus vers la fin du XIVè (Chapelle 1949). Ils sont classés Imghad des Kel Ferwan, mais refusent cette vassalité se tenant bien à l’écart de l’Ettebel des Kel Ferwan et revendiquant leur autonomie.

Une tribu Iforas dépendante des Kel Ferwan vit au nord Damergou, ce sont des nobles mais pauvres et déconsidérés, ils seraient issus des Kel Antassar de Tombouctou, arrivés au début du XXè en Aïr (Hama 1967).

On le voit plusieurs tribus se réclament une ascendance noble, qu’elles auraient perdue au cours de leur histoire. De plus, ce groupement dispose de peu d’affranchis, même si certains sont recensés avec les tawshit proprement dite, ils n’apparaissent pas de manière distincte comme dans les autres Ettebel. On peut donc supposer que l’Ettebel des Kel Ferwan n’est pas un tobol de conquête ou de razzia, mais qu’il s’est constitué beaucoup plus par stratégie et la palabre. Enfin, l’Ettebel s’est bien constitué pas à pas, comme si tout au long de leur migration ils avaient peu à peu recruté de nouvelles tribus pour leur Ettebel.


La période coloniale1904 kelferouan jean

Au début de la pénétration française en Ayar, les Kel Ferwan comme les Kel Owey se soumettent assez rapidement suivant ainsi le Sultan d’Agadez et l’Anastafidet qui depuis déjà longtemps ne vit plus en Aïr mais au Damergou. Ils vont ainsi appuyer les français pour essayer de faire rentrer dans le rang les non soumis que sont les Kel Fadey et Tamesgidda en particulier. En septembre 1904, les Kel Ferwan marchent sur In Gall sous les ordres du Tambari Ag Rhali à la rencontre des Kel Fadey pour faire plier ces derniers et font jonction le 23 avec le Capitaine Delestre venu de Tahoua. Le 25 septembre la colonne rentre sur Agadez sans succès probant.

Depuis la révolte de Kaocen en 1917, ils nomadisent au sud de la région d'Agadez, la chefferie s'étant installée à Aderbissinat. Les Kel Ferwan ont rallié le camp français avant la fin de l’insurrection sénoussiste et n’ont cessé par la suite de fournir des contingents de goumiers au pouvoir colonial puis à l’administration nigérienne.

A la suite des guerres qu’a connues la région et pour se soustraire aux impôts et à leurs chefs durant la période coloniale vers les années 30-40, deux tribus des Kel Ferwan se sont installées dans le département de Dakoro plus au sud sur la commune de Bermo (Gadébeji et Belbéji). Ils sont devenus un groupement autonome dans les années 80 et sont aujourd'hui de plus en plus assimilés à des Kel Gress.

Le 18 avril 1942, l’administration française reconnaissait les Amenokal Kel Fadey, Kel Ferwan et l'Agholla des Immikittane (Séré de Rivières 1965).

 


Références

Bernus E., Echard N. 1992 – Programme archéologique d’urgence 1977-1981 : 5- Les populations actuelles, Etudes Nigériennes no 52, IRSH, 108 p.
Casajus D. 1981 – La tente et le campement chez les Touareg Kel Ferwan, https://www.persee.fr/doc/remmm_0035-1474_1981_num_32_1_1919.
Chapelle J. 1949 – Les Touareg de l’Aïr, Cahiers Charles de Foucauld, 12, p. 66‑95.
Hama B. 1967 – Recherches sur l’histoire des Touareg sahariens et soudanais, Présence Africaine, 556 p.
Hamani D. 1989 – Le Sultanat Touareg de l’Ayar : au carrefour du Soudan et de la Berbérie, L’Harmattan, 513 p.
Jean C. 1909 – Les Touareg du Sud-Est : l’Aïr ; leur rôle dans la politique saharienne, Larose Editions, 361 p.
Nicolaisen J. 1982 – Structures politiques et sociales des Touaregs de l’Aïr et de l’Ahaggar, traduction de Suzanne Bernus, Etudes Nigériennes no 7, IRSH, 86 p.
Nicolas F. 1950 – Contribution à l’étude des Touareg de l’Aïr, Mémoire de l’Institut Français d’Afrique Noire, 10, p. 459‑503.
Séré de Rivières E. 1965 – Histoire du Niger, Berger-Levrault, 310 p.
Urvoy Y. 1936 – Histoire des populations du Soudan central (Colonie du Niger), Paris, France, Larose, 350 p.