La ville de Ingall

A travers cette série d'article nous allons essayer de comprendre l'organisation de la ville de Ingall ainsi que de son inséparable source salée, Teggida n' Tessoumt. Les agressions humaines et climatiques déterminent bien évidemment cette organisation, les portes, les ruelles, tout vise à protéger et limiter l'accès des intrus, sans compter le besoin d'une ressource essentielle à la vie, "aman iman" = l'eau c'est la vie.

Les quartiers de la ville

carteuniteville

La ville de Ingall se décompose en unités géograhiques construites au fil de l'histoire. Les jardins se développent le long de l'oued, à proximité la ville ancienne sur une butte, qui évité soigneusement les débordements de l'oued,capable d'envahir les jardins pour y déposer des limons fertilisateurs. La ville est tout en rondeur avec une forte densité d'habitation, on dirait qu'elle se resserre sur elle même pour mieux se protéger.

A l'ouest se développent les parcelles cadastrées et au nord le quartier administratif très souvent à l'écart dans les villes sahéliennes. Au centre de ces unités le marché et l'autogare jouent leurs rôles de pôle d'échange.

 

Quartier Kuzara en cours de désertification - 1956

Quartier Kuzara en cours de désertification - 1956 

 

La chefferie traditionnelle

chefvillageLe chef de village Ousmane Houmoud (au centre) et deux chefs de quartier (Nabi Akéfil et Aïcha Islo).

Les chefs de village qui se sont succédés à Ingall :

Hamma, Issoussou, Elhadj El moctar, Tayyoub, Chibba Saguid, Saguid Chibba, Halilou Bougounou, Houmoud Albadey, Ousmane Houmoud.

Lire la suite...

La tradition orale de l'origine de la ville

L’histoire orale d’Ingall est diversement relatée, bien que la plupat des anciens rencontrés à Ingall rapportent presque la même chose : les Isawaghes sont les descendants d’Askias Mohamed. Même si les écrits et indices historiques et archéologiques mettent à mal cette version, elle est fortement encrées dans la mémoire collective.

Askias Mohamed aurait abandonné une partie de ses gens fatigués, à Ingall en allant en pélerinage à la Mecque vers 1497. Certains parlent de 18 personnes d’autres d'une trentaine. Ces gens semble t-il sont des enfants et des vieilles ; c’est pourquoi après le décès des plus vieux les enfants ne savent pas trop leur origine, ils ne connaissent que Askias Mohamed. De retour de la Mecque, Askias se trompe de chemin et ne retrouve plus ses sujets. Il a pu aussi les laisser en revenant de la Mecque.

Lire la suite...

La ville d'In Gall

ingall60kmLa petite ville d'In Gall n'est pas un paradis oublié, c'est une de ces contrées éloignée de presque tout, qui pourtant souhaite comme nous tous vivre et s'épanouir. A travers ce site nous souhaitons participer à son émancipation, mais aussi à la sauvegarde de son identité qui a traversé les 6 derniers siècles.

In Gall est l'une des palmeraies les plus septentrionales des plaines sahéliennes d'Afrique de l'ouest, qui court le long d'un Oued (kori en Haoussa)Le nom d'In Gall viendrait de "in guéné" qui signifie "le voici". Plusieurs origines sont possibles selon les traditions orales :
- la terre qui reçoit les palmiers dattiers qui fonda la ville d'In Gall, la voici !
- la plaine était réputée pour ses lapins et lors d'une chasse, les gens s'écriaient, "in guéné, in guéné".

Lire la suite...