Environnement - Géographie

La plaine semble immense et uniforme, pourtant chaque pierre possède son nom ...

Les jardins

Accèdez à la carteAu-delà des jardins, c'est le palmier dattier qui a toujours l'attention des jardiniers phoeniciculteurs. Même si le maraîchage tend à se développer, il reste encore marginal dans l'économie de la palmeraie malgrè un réel potentiel, si tant est que les pluies le permette, car la priorité de l'usage de l'eau est pour les dattiers.

A proximité d'In Gall, les jardins d'Aboraq ont développé une originalité dans leurs modes de cultures, autour des cucurbitacées, entre nomadisme et sédentarité.

Accèdez à la carte__

Lire la suite...

La géologie

La richesse géologique de cette partie du Niger explique que cette région est connue sous deux aspects principaux, l'uranium et la présence de nombreux restes fossiles de dinosauriens, requins et autres crocolidiens.

Les cartes suivantes vous présentent les différentes unités géologiques autour de Ingall :

- au Nord les argiles de l'Eghazer ou Ighazer qui lors de l'hivernage se gorgent d'eau et libèrent une végétation exubérante en bordure du Sahara. Elles sont la cause de la Cure salée, transhumance vers ses pâturages très riches mais temporaires et siège de sources artésiennes salées,

- au Sud les sables de la Tadarast qui fournissent une herbe plutôt maigre mais disponible toute l'année,

- à l'ouest ce sont les plaines de l'Azawagh qui s'étendent jusqu'à Némaka au Mali,

- à l'est d'Agadez se dressent les montagnes de l'Aïr.

Lire la suite...

Les paysages

Du sud au nord de la plaine de l'Ighazer, l'approche du grand Sahara se fait sentir à chaque pas. Au sud les restes des falaises de Tiguidit se font de plus en plus disparates à l'approche de Ingall. Voici le transec le long duquel nous vous présentons les paysages de la plaine de l'Ighazer.

Au premier plan on observe des touffes de Pennisetum hordeoides sur un terrain sableux. Puis viennent des arbustes, Acacia raddiana et Prosopis africana sont les plus répandus ici. La relative abondance du Prosopis nous signale que des habitations ou campements sont tout proche, les graines étant disséminées par les ânes. Le petit arbre est Aborak (Balanites aegyptiaca). Derrière se détache les falaises de Tiguidit, nous sommes ici près du village de Tirgit à l'ouest de Ingall.

Lire la suite...

Aman Iman (l'eau c'est la vie)

En bordure du Sahara le climat sahélien est aride :

- de mi-juin à mi-septembre s'étend la saison des pluies qui se concentre surtout en juillet et août, la température varie entre 25 et 35°C jour et nuit,
- en octobre et novembre la petite saison chaude s'installe et voit une remontée des températures à 35°C,
- en décembre arrive la saison froide qui durera jusqu'à fin février avec des températures pouvant descendre à 10°C,
- puis c'est la grande saison chaude qui verra certains jours les températures flirtées avec les 50°C de mars à mai.

pluie

Lire la suite...

Les villages alentours

Même à proximité du Sahara, la vie ne s'arrête pas aux portes de la ville d'Ingall, les relations avec "la brousse" sont permanentes, et on est toujours surpris de voir quelqu'un au milieu de nul part. En fait, ce n'est nul part que pour le profane ...

En bordure du Sahara l'ensemble de la plaine est pacagée par les troupeaux Peulhs et Touaregs. Ils font quotidiennement de grande distance pour abreuver et nourir leur bétail. Ils déplacent leur campement au grè des pluies et des points d'eau, ainsi il n'est pas rare de voir quelques lieux avec 2 ou 3 cases en banco qui matérialisent un hameau reconnaissable sur une carte. Néanmoins beaucoup de lieux, comme les reliefs marqués, les arbres remarquables ont un nom pour les pasteurs nomades, qu'aucune carte ne recense encore ...

Lire la suite...